Critique : Wasteland

wasteland cover

Wasteland : Les Terres Gâchées, est un jeu de rôle médiéval fantastique qui plonge les joueurs dans un nouveau Moyen-Âge, mille ans après l’Apocalypse.

Ce JDR du Département des Sombres Projets, est petite pépite. Une vraie.

Pourquoi ?

Lisez ceci…

Publié en 2011, ce JDR est complètement passé sous mon radar. Mais l’attention portée par mon entourage à ce titre, m’a finalement encouragé à y regarder de plus près… Et heureusement !

logo-wasteland

La forme : un travail soigné

L’ouvrage est en noir et blanc (on est en 2011), embelli d’une dizaine d’illustrations couleur pleine pages. Mais sans financement participatif, on profite quand même d’une couverture rigide et d’une solide reliure qui encaisse une lecture intensive de 300 pages.

Mais outre les qualités de fabrication, c’est surtout l’esthétisme qui mérite d’être salué.

Car l’ouvrage, dans toute son élégance est… cohérent, graphiquement parlant.

Les illustrations sont nombreuses (les culs de lampe peut-être un peu trop) et complètement dans le ton. Elles sont stylisées, variées, alternent l’usure, le raccommodé, la disparité et le dévoyé. Tout cela épouse magnifiquement le thème du post-apocalypse en mêlant habillement espoir de résignation.

La maquette graphique supporte l’esthétique du thème et renforce la cohérence de l’ensemble.

Mais ce qui enfonce le clou, à mes yeux, c’est le texte. Le style d’écriture est élégant, fluide et efficace. Il donne des détails, mais pas trop. Il inspire tout en laissant place à une multitude d’intrigues. Et pour une fois, la lecture du livre de base se fait dans l’ordre : on lit du début jusqu’à la fin.

Quand on referme l’ouvrage, on laisse son esprit vagabonder… puis place au jeu !

Pour résumer ; c’est beau et bien dit, sans faute de goût.

wasteland_slide-img2

Le système :

Le système porte un nom : le Choose Your Dice (CYD). Le principe est simple : Attribut + Compétence + 1D10 ou 1D20, au choix. Le choix du D20 offre l’occasion d’augmenter notablement la réussite, mais augmente en contre-partie le risque d’échec. Le Joueur choisit donc le niveau de risque auquel il souhaite se confronter pour tenter d’améliorer sa réussite.

Le système est simple, réfléchi, intuitif et intègre une prise de risque qui permet aux Joueurs les plus audacieux de retourner la situation… ou de la faire empirer !

Cette logique se retrouve au coeur du système de résolution, mais aussi dans l’utilisation des pouvoirs “magiques” (Psyckers) : l’efficacité se paye. Cela ajoute une tension bienvenue.

wasteland_slide-img3

Le fond : diversité et mélange des genres

Wasteland : Les Terres Gâchées, est un jeu de rôle médiéval-fantastique qui plonge les joueurs dans un nouveau Moyen-Âge, mille ans après l’Apocalypse.

On retrouve donc tous les codes du Moyen-Âge fantasmé (avec même le retour de roi Arthur, sauveur de l’Humanité), avec des effluves de steampunk.

Ce mélange audacieux offre deux avantages notables :

1) Le genre Médiéval-fantastique est profondément marqué dans la culture rôliste. Il facilite donc la prise en main du jeu, pour le MJ, comme pour les Joueurs, généralement déjà coutumiers du genre.

2) Le genre Steampunk, apporte de l’innovation sous de multiple formes. Un monde gâché, construit sur les ruines d’un passé technologique anciennement dirigé par des Psyckers. Ajoutez à cela des Nains qui génèrent de l’électricité, des Kobolds capablent de tours de magie, des Psyckers et vous obtenez un terreau fertile propre à toutes les surprises ! Tank à vapeur, pont volant, etc. le tout au milieu de terres dévastées cachant des siècles d’histoire à explorer !

Dans cette toile de fond, les luttes de pouvoirs, qu’elles soient motivées par l’appât du gain ou des croyances (religions), décuplent les idées de jeu. Alors, quand on rajoute des sombres secrets qui ont causé la chute du monde d’Hier, les sources d’aventures sont incroyables.

Car oui, Wasteland possède un background riche et particulièrement inspirant.

Précision : Ma première impression m’avait fait reporter la lecture ; car je ne suis pas fan du melting-pot des genres. A trop vouloir mélanger, on justifie n’importe quoi et on travestit les styles. Mais pourtant, force est d’admettre que ça fonctionne ! Wasteland arrive vraiment à dépoussiérer les genres et Dark Earth fait pâle figure en comparaison.

wasteland_slide-img4

Le contenu : tout et plus

Le livre de règles contient tout le nécessaire pour jouer à travers une organisation bien pensée.

Les incontournables sont : le contexte, la création de personnage, les règles et le bestiaire. Les incontournables, malheureusement délaissés dans certaines nouvelles gammes : un cadre d’aventure est présenté, exploité à travers deux aventures. Ces aventures sont complètes, et très représentatives : on y retrouve tous les enjeux esquissés dans le livre de jeu.

J’aurais toutefois apprécié disposer d’idées pour réunir une compagnie d’aventuriers (les PJ) et plonger plus profondément dans le Wasteland.

wasteland_slide-img5

Conclusion :

Wasteland est mon dernier coup de foudre. Pourtant rien de m’y préparait mais l’audacieux mélange des genres, le background riche et cohérent, le système de jeu simple et dynamique et le positionnement des PJ axé sur l’exploration.

Les peuples sont issus d’un canon esthétique éprouvé (homme-rat, nain, Kobold) mais sortent de l’ordinaire pour nous proposer une expérience originale.

En fait, tout l’univers de Wasteland use de codes (thèmes, genres etc.) qui ont fait leur preuve, mais de manière détournée et originale. Au final, le jeu propose une expérience inédite à travers un cadre qui ne nous est pas étranger mais qui révèlera bon nombre de surprises. Chapeau bas au Département des Sombres Projets !

Quelques années plus tard (2018), on peut apprécier l’évolution du JDR. La gamme est complétée d’un écran, d’un kit d’introduction, et de 4 suppléments de contexte, tous traversés par une campagne qui transformera à jamais le visage du Malroyaume.

Et ce n’est pas tout, puisque le Département des Sombres Projets prépare une prochaine sortie… pour février 2019 !

 

Cela mérite amplement un 5/5

(Critique sur le GRoG)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s