JdR : les éditions collector

img_0107

Depuis une dizaine d’années, les éditions collector pullulent sur les étales. Couverture cuire, tirage limité, hard-cover etc. Elles ne comportent généralement pas moins d’erreurs que les éditions classiques, mais elles sont plus chers !

Que penser de ces éditions ? Voici mon avis…

Déjà publié dans la rubrique Vox Populi du Di6Dent N°12.

Thème initial : « éditions collector : et pour quelques euros de plus… »

img_0108

Marché de niche par excellence, le JdR se distingue de plus en plus par la sortie d’éditions collector. Mais à trop tirer sur la corde, vos bourses n’en auraient-elles pas un peu marre ?

Thème attrayant, et tout à fait d’actualité en ces périodes boulimiques en crowdfunding.

Mais la réponse n’est pas si simple que cela et mérite que l’on s’y attarde. Alors, en voiture !

 

Bien des noms, bien des formes

img_0109Edition anniversaire, collector, prestige ou limitée, finalement quelque soit le qualificatif utilisé, ces tirages d’exception visent le même marché : celui du Collectionneur, friand d’ajouter un bel ouvrage à la bibliothèque dont il est si fier.

Alors pour viser juste, ces ouvrages doivent… susciter l’envie. Le critère principal tourne donc autour de l’esthétique. Couverture simili-cuire ou illustrée pour l’occasion, tout-couleur, papier glacé, posters et autres goodies plus ou moins utiles.

 

 

Pour quelques euros de plus…

img_0110

 

Doux euphémisme, parlons plutôt de quelques poignées de dollars de plus. C’est la tendance mesurée quand je suis passé à la caisse pour les 17 ouvrages “collector” actuellement dans ma bibliothèque. En bon client boulimique de JDR, j’ai été victime des plans marketing des éditeurs : Sans-Détour, Black Book, Descartes, Edge, Ludopathes, 7ème Cercle, Matagot, etc.

Dois-je porter plainte pour abus de faiblesse ? Non, car je suis fier de certains ouvrages… mais certains seulement ! Trop de ces versions spéciales encombrent aujourd’hui mes étagères.

 

Un peu marre ?

Oui, clairement. Et j’ai la rassurante impression que je ne suis pas le seul. Est-ce l’âge, la raison ? Probablement. Ou peut-être que j’en ai simplement marre qu’on me prenne pour une vache à lait. Pourquoi paierais-je une version similicuir aussi bugée que l’édition classique qui coûte près de 40% moins cher ?

Oh ! Loin de moi l’idée d’arrêter d’acheter des JDR. Mais les éditeurs qui gonflent leurs prix en proposant les goodies par kilos ou une nouvelle couleur de couverture ne me reverront pas plus.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s